VIV(R)E LA VIE ! Symphonie underground
Le cinéma de Gonzalo García Pelayo

L’œuvre fulgurante du cinéaste espagnol Gonzalo García Pelayo, présentée pour la première fois en France du 18 mars au 6 avril 2014 au Jeu de Paume, pourrait être le chaînon manquant entre Luis Buñuel et Pedro Almodóvar.

Dans le contexte de l’Andalousie de la transition démocratique et des nouvelles perspectives qui s’ouvrent aux Espagnols après de longues années de dictature sous Franco, Gonzalo García Pelayo filme la vie qui renaît, le désir, le sexe, le goût pour l’excès et le nouveau.
De ce besoin impérieux de capturer une réalité susceptible de s’évanouir, naît son œuvre : à travers des personnages locaux singuliers (parfois cachés) filmés pour la première fois, les rues de la Séville des années 1970, les levers de soleil sur les champs andalous, la poussière du chemin vers El Rocío…, le cinéaste se découvre anthropologue et fabuliste, fasciné par cette région et ces habitants.

Gonzalo García Pelayo, Manuela
Lors de la soirée d'ouverture du cycle "VIV(R)E LA VIE !", à l'occasion de la projection en avant-première en France de son film Manuela, Gonzalo García Pelayo s'entretient avec Álvaro Arroba, critique de cinéma, et Marina Vinyes Albes, programmatrice.


Gonzalo García Pelayo, Frente al mar
Gonzalo García Pelayo présente son film Frente al mar, lors de sa présentation en avant-première en France.

Articles liés