Ressemblance
Natascha Sadr Haghighian

"La nature crée des ressemblances", écrivait Walter Benjamin en 1933 (1), mais "c’est chez l’homme, du fait de son pouvoir d’imitation, qu’on trouve la plus haute aptitude à produire des ressemblances". L’être humain peut être ému par des objets, des situations, etc. et peut, à son tour, émouvoir d’autres hommes. Benjamin décrit comment le langage primitif est né d’une correspondance magique avec le monde et comment la faculté d’incarner et d’imiter des gens ou des choses diminue progressivement à partir de l’enfance, à mesure que le langage, mais aussi l’écriture — cette "archive de correspondances non sensibles" — prend sa suite. Vieillir, dans le contexte trépidant des sociétés "développées", c’est devenir inutile, alors qu’il en va tout autrement dans les sociétés "peu développées" où le grand âge est vu comme une source de sagesse et une occasion pour l’autre d’entrevoir par empathie son propre avenir. Cette branche est une branche. Et Natascha Sadr Haghighian jure l’avoir vue se mouvoir.

1. Voir Walter Benjamin, "Sur le pouvoir d’imitation", in Œuvres II, trad. Maurice de Gandillac, Rainer Rochlitz et Pierre Rusch, Paris, Gallimard, coll. "Folio Essais", 2000, p. 359-363 et "La théorie de la ressemblance", trad. Pierre Rusch, Cahiers de L’Herne, n° 104, "Benjamin", octobre 2013, p. 120-122.

Nataša Petrešin-Bachelez
Préface du catalogue



> Ouvrage publié à l’occasion de l’exposition de Natascha Sadr Haghighian, " Ressemblance", présentée du 20 mars au 18 mai 2014 à la Maison d’Art Bernard Anthonioz, Nogent-sur-Marne, dans le cadre de la septième édition de la programmation Satellite du Jeu de Paume, confiée à Nataša Petrešin-Bachelez.

Textes de Natascha Sadr Haghighian, Haytham El-Wardany,
préface de Nataša Petrešin-Bachelez.
Bilingue français / anglais.
Prix de vente : 14 euros


> Acheter le catalogue en ligne > www.librairiejeudepaume.org

Articles liés