Omer Fast. Le présent continue
Catalogue de l'exposition

Raconter des histoires est une de nos plus anciennes traditions. C’est un des fondements de l’interaction sociale. Raconter des histoires nous permet de communiquer, de distraire, de transmettre des connaissances, de contextualiser le monde et de donner un sens à la place que nous y occupons. Qu’on relate sa journée ou qu’on rapporte un conte d’autrefois, ce sont encore et toujours les traditions narratives qui si souvent nous lient. Mais la narration, cette force invisible, a une action bien plus tentaculaire. Les histoires prennent de l’ampleur et engendrent l’Histoire, qui, à son tour, détermine la perception que nous avons de notre identité personnelle et culturelle. Les bonnes histoires étant pleines de tours et détours, de vrai et de faux, il en est inévitablement de même pour ce qu’elles créent. C’est plus particulièrement ce processus et l’existence d’une identité – qui n’est en conséquence qu’une construction ou une performance – qu’Omer Fast cherche à mettre en évidence.

Fast est lui-même un conteur, et il utilise les codes de la narration pour alimenter et déstructurer ses films, qui vont et viennent entre le documentaire, la fiction, la fantaisie et le réalisme tout en conservant une dose salutaire de comédie. Ses images, qu’elles soient projetées seules ou fassent partie d’installations multicanal, rapportent des récits qui peuvent tout aussi bien être réels que fictifs mais engagent toujours le spectateur et l’amènent à ce qu’on pourrait appeler une incertitude productive. S’aventurant sur le terrain de la politique mondiale, de la guerre contemporaine, de la religion, du sexe et de la mort, Fast nous montre à quel point nous devrions remettre en question la perception que nous avons de toutes ces choses, et de bien d’autres encore, en montrant le manque de fiabilité des outils responsables de l’élaboration de cette perception.

Cette publication accompagne la plus importante exposition de l’œuvre de Fast jamais présentée à ce jour, une exposition organisée conjointement par le Jeu de Paume à Paris, le BALTIC Centre for Contemporary Art à Gateshead et le KUNSTEN Museum of Modern Art à Aalborg. […]

Marta Gili, directrice, Jeu de Paume ;
Laurence Sillars, conservateur en chef,
BALTIC Centre for Contemporary Art ;
Gitte Ørskou, directrice,
KUNSTEN Museum of Modern Art Aalborg.
Extrait de la préface du catalogue.



Textes de Jennifer Allen, Tom McCarthy, Laurence Sillars, entretien de Marina Vinyes Albes avec Omer Fast.
Coédition Jeu de Paume, Baltic Centre for Contemporary Art, Gateshead et Kunsten Museum of Modern Art, Aalborg.
208 pages, 35 euros, bilingue anglais/français


Catalogue édité avec le soutien des Amis du Jeu de Paume


Achetez le catalogue sur www.librairiejeudepaume.org

Articles liés