Nguyen Trinh Thi. Lettres de Panduranga
Catalogue de l'exposition

Sédimentation personnelle et poétique de récits dissimulés et d’événements actuels, la pratique artistique de Nguyen Trinh Thi se déploie dans l’expérimentation de l’image en mouvement. Elle se fait connaître par des installations vidéo de différents formats qui articulent avec pertinence la problématique de la censure abordée sous les points de vue du documentariste, de l’artiste et de la collectivité.

Lettres de Panduranga prolonge les expérimentations que réalise Nguyen à la frontière du documentaire et de la fiction dans un essai filmique dépeignant des villageois de l’ethnie cham qui vivent dans la province de Ninh Thuận, le dernier et plus méridional territoire de l’ancien royaume de Champa, fondé voici près de deux mille ans et annexé par le royaume du Đại Việt (l’actuel Viêtnam) en 1832. Ninh Thuận, jadis appelé royaume du Panduranga, est le centre spirituel de l’antique culture matriarcale cham.

[…]

Si Lettres de Panduranga est tout d’abord conçu comme un portrait des Cham du Viêtnam confrontés à des circonstances qui menacent leur existence même, l’œuvre a également évolué pour devenir un portrait de l’artiste en vidéaste. S’appuyant sur un réseau d’intellectuels cham, Nguyen a séjourné à plusieurs reprises dans la province de Ninh Thuận de 2013 à 2015. À chacune de ses visites, elle a été confrontée aux problématiques de l’accessibilité, de la représentation et de la prise de parole au nom d’autrui. « En tant qu’artistes, nous sommes animés par deux désirs contradictoires : celui de nous engager, mais aussi celui de disparaître », explique Nguyen.

Nguyen nous donne à voir des portraits de personnes et de groupes filmés au plus près, dans leur intimité, mais aussi les magnifiques paysages maritimes et terrestres de la région, des environnements de loisir et des espaces sacrés soigneusement cadrés, tandis que nous entendons un homme et une femme anonymes lisant en voix off les lettres qu’ils se sont adressées pendant qu’ils étaient sur le terrain. Confrontés tous deux à une incertitude multiforme, ils articulent les questions cruciales du travail de terrain, de l’ethnographie, de l’accès à l’histoire et de la perpétuation des colonialismes – de l’invasion du Viêtnam par les Français à l’invasion du pays des Cham par les Vietnamiens, des bombardements américains pendant la guerre du Viêtnam aux objets issus des expositions et des collections d’art coloniales, de la vulgarité des lieux touristiques aux politiques culturelles de l’Unesco.
[…]

Erin Gleeson. Extraits du texte du catalogue,
« À propos de Lettres de Panduranga »



Coédition Jeu de Paume et CAPC musée d'art contemporain de Bordeaux.
Textes de Nguyen Trinh Thi, Erin Gleeson et de Nora Taylor.
Français / anglais, 15 x 21 cm, 64 pages.
Prix de vente : 14 euros.


Achetez le catalogue sur www.librairiejeudepaume.org

Articles liés