François Kollar. Un ouvrier du regard
Dossier documentaire de l'exposition
du 09 février
au 22 mai 2016
Concorde, Paris

DOSSIER DOCUMENTAIRE, MODE D'EMPLOI
Conçu par le service éducatif, en collaboration avec l’ensemble du Jeu de Paume, ce dossier propose aux enseignants et aux équipes éducatives des éléments de documentation, d’analyse et de réflexion.

Il se compose de trois parties :
Découvrir l’exposition offre une première approche du projet et du parcours de l’exposition, des artistes et des œuvres, ainsi que des repères chronologiques et iconographiques.
Approfondir l’exposition développe plusieurs axes thématiques autour du statut des images et de l’histoire des arts visuels, ainsi que des orientations bibliographiques et des ressources en ligne.
Pistes de travail comporte des propositions et des ressources pédagogiques élaborées avec les professeurs-relais des académies de Créteil et de Paris au Jeu de Paume.

Téléchargez le dossier documentaire (PDF) en bas de page.


L'exposition
« “Le célèbre film de Charlie Chaplin, Les Temps modernes, s’ouvre sur le plan fixe d’une immense horloge avec cette phrase en surimpression : “Modern Times : a story of industry, of individual enterprise – humanité crusading in the pursuit of happiness” [“Les Temps modernes : une histoire d’industrie, d’entreprise individuelle – l’humanité en croisade à la poursuite du bonheur”]. Dans les deux scènes suivantes se succèdent un troupeau de moutons et un groupe de travailleurs pressés sortant d’une bouche de métro – une entrée en matière qui annonce le regard critique du réalisateur sur la société industrielle, mais aussi son intérêt pour le rythme chronométré auquel sont soumis les corps dans la société moderne.

L’esprit de l’œuvre photographique de François Kollar est loin de cette ironie mordante. Pourtant, on peut percevoir dans ses reportages, essentiellement des commandes éditoriales, commerciales ou publiques, cette ambivalence évoquée dans le film de Chaplin entre la soumission des corps subordonnés au pouvoir qui les opprime et l’attachement à ce même pouvoir qui leur confère leur identité de sujet collectif. Ainsi, que ce soit dans sa grande œuvre encyclopédique des années 1930, La France travaille, ou dans ses reportages réalisés en Afrique-Occidentale française en pleine époque colonialiste, le façonnement simultané du corps collectif et de la subjectivité à l’ère du capitalisme industriel devient véritablement manifeste. Sous le regard contemporain, les photographies de Kollar constituent de superbes évocations de la complexité des processus de subordination et de production, tant d’un point de vue matériel qu’idéologique.

L’exposition “François Kollar. Un ouvrier du regard” s’inscrit dans l’ensemble de projets produits par le Jeu de Paume en collaboration avec la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine du ministère de la Culture dans le but de valoriser les donations d’archives photographiques à l’État français. »

Marta Gili, préface à
François Kollar. Un ouvrier du regard,
Paris, Jeu de Paume /
Éditions de La Martinière, 2015, p. 7.




Contacts
Chargée des publics scolaires et des partenariats
Pauline Boucharlat : 01 47 03 04 95 /
paulineboucharlat@jeudepaume.org

Réservation des visites et des activités
Marie-Louise Ouahioune : 01 47 03 12 41 /
serviceeducatif@jeudepaume.org

Responsable du service éducatif
Sabine Thiriot
sabinethiriot@jeudepaume.org

Conférenciers et formateurs
Benjamin Bardinet : 01 47 03 12 42 /
benjaminbardinet@jeudepaume.org
Ève Lepaon : 01 47 03 12 42 /
evelepaon@jeudepaume.org

Professeurs-relais
Céline Lourd, académie de Paris
celinelourd@jeudepaume.org
Cédric Montel, académie de Créteil
cedricmontel@jeudepaume.org
Document PDF téléchargeable

Articles liés