Futurs non-conformes. #1 Mythologies
Rencontre à l’occasion du lancement de l’exposition en ligne

À l’occasion du lancement de l’exposition en ligne « Futurs non-conformes. #1 Mythologies » sur son site Internet, le Jeu de Paume a organisé une rencontre avec les artistes Ewen Chardronnet, Manu Luksch, Peter Moosgaard et Nicolas Maigret, commissaire.






« Futurs non-conformes. #1 Mythologies » émet l'hypothèse d'une « propagande de l'innovation » qui devient ici le point de convergence d’un ensemble de contre-stratégies artistiques de nature critique, expérimentale et spéculative.

Faisant suite à une apologie du progrès en place depuis la renaissance, le lexique de l'innovation est aujourd’hui l'instrument rhétorique par excellence. Il inonde le discours dominant, se déployant depuis le domaine politique jusque dans les champs du travail, de l’éducation ou de l'art. Ce phénomène a largement contribué à instaurer les technosciences comme système de croyance par défaut, et le binôme consommation / innovation comme un moteur central du système économique global. Un levier essentiel afin de maintenir en vie le mythe d'une croissance infinie.

Dans ce contexte techno-positiviste ambiant, émergent en creux de multiples pratiques artistiques critiques, alternatives, déviantes ou encore spéculatives qui tentent de réinventer des chemins de traverse, d’autres possibles ainsi que divers détournements. Une ré-appropriation, à la fois critique et par la base, du champ des possibles de la société technicienne.

Partant de ce postulat, la programmation de l’exposition « Futurs non-conformes » réunit un ensemble d’artistes, théoriciens et activistes qui bousculent et questionnent les discours de l’innovation et les utopies du solutionisme technologique. Structurée en trois cycles de six mois, cette exposition en ligne interroge sous diverses formes les imaginaires du futur (désuets, proches ou lointains), et propose de mettre en perspective des parcours transversaux et multiples stratégies de révélation, de perturbation, voire de perversion du culte de l’innovation. Une vaste invitation à réintégrer des notions telles que l’imperfection, le ralentissement, l’inefficacité, ou l’opacité au cœur de nos visions du futur.


Le premier cycle « Mythologies » (7 avril – octobre 2016) se penche sur une lecture rétrospective de la machine « progrès/innovation », à travers le regard d’artistes qui collectent, archivent, ou critiquent les mythes et contradictions de l’utopie technologique se déployant depuis la révolution industrielle jusqu’à notre ère post-informatique.