Ed van der Elsken
La vie folle
du 13 juin
au 24 septembre 2017
Concorde, Paris

Ed van der Elsken (1925-1990) est une figure unique de la photographie et du cinéma documentaire néerlandais du XXe siècle. En photographie, son domaine de prédilection était la rue. En rupture avec la photographie documentaire de son époque, il fait corps avec son sujet. La modernité de ses images et leur caractère quasi cinématographique s’accordent avec le modèle de vie anticonformiste des jeunes gens dont il partage le quotidien. À Paris, Amsterdam, Hong Kong ou Tokyo, il aimait aller « à la chasse ».
Souvent qualifié de « photographe des marginaux », il recherchait en réalité une forme d’esthétique, de vérité plastique, sans artifice, une beauté parfois ouvertement sensuelle et même érotique. Ed van der Elsken était fasciné par ces personnages fiers, exubérants et plein de vitalité.

L’exposition du Jeu de Paume présente une large sélection des images iconiques de l’œuvre photographique d’Ed van der Elsken : ses images de Paris des années 1950, les personnes captées pendant ses nombreux voyages et dans sa ville natale d’Amsterdam au cours des décennies suivantes, mais aussi ses livres, des extraits de ses films et de ses diaporamas, plus spécialement Eye Love You et Tokyo Symphony.

Van der Elsken photographie et filme ses sujets dans des situations souvent théâtrales et se comporte souvent comme un metteur en scène, engageant le dialogue avec les personnes qu’il photographie. Il aime provoquer, inciter les gens à accentuer la personnalité qu’il décèle en eux. Aux côtés de ces photographies au caractère théâtral et extraverti, on trouve autant d’images apaisées et émouvantes, preuves de sa nature poétique, de son sens inné de la solidarité, de sa profonde empathie avec les animaux et les hommes.
Van der Elsken a publié une vingtaine de livres et réalisé un grand nombre de films. Son premier livre, Un amour à Saint Germain des Prés, paraît en 1956. Sous la forme à la fois banale et insolite d’un roman photo, il y raconte de façon semi-fictive la vie d’une jeunesse sans avenir dans le Paris d’après-guerre. Le ton sombre, l’approche expressive, la présentation presque filmique de l’histoire lui valurent une renommée immédiate. Suivront des livres de voyage tels que Bagara (1958), à partir de photos faites en Afrique Centrale, et Sweet Life (1966), d’après son voyage autour du monde en 1959-1960. On peut aussi citer Jazz (1958), une ode libre et pleine de vie à une scène musicale alors totalement nouvelle à Amsterdam, puis ses livres des années 1980 sur Paris et Amsterdam, celui retraçant ses nombreux voyages au Japon, De ontdekking van Japan [La Découverte du Japon] (1988) ou encore ses livres en couleur : Eye Love You (1976), consacré à ses voyages à travers le monde et marqué par l’esprit libre des années 1960 et 1970 et Avonturen op het land [Aventures à la campagne] (1980), hommage à la vie dans les polders au nord des Pays-Bas.

Dès la fin des années 1950, Van der Elsken commence également à filmer et développe une manière de travailler proche du cinéma-vérité, sans pour autant en exploiter les thèmes. Ses sujets sont toujours liés, d’une manière ou d’une autre, à sa propre vie comme en témoignent ses premiers et derniers long-métrages : Welkom in het leven, lieue pleine [Bienvenue dans la vie, mon petit chéri] (1963), un portrait de son quartier et de sa vie familiale, et Bye (1990), reportage émouvant sur la maladie qui le rongeait. Ce travail documentaire et souvent autobiographique sera fréquemment diffusé à la télévision néerlandaise, mais c’est surtout au sein de musées qu’il sera véritablement valorisé.
Pour Van der Elsken la photographie n’est jamais un objet fixe. Il peut en changer le cadre, l’utiliser pour une publication ou un livre, la projeter sur un écran si elle est en couleur, en faire un diaporama. Ses expositions sont des installations dans lesquelles il combinait tirages, textes et multiples supports. Dans les années 1960 et 1970, ses présentations n’ont ainsi rien à voir avec des expositions photographiques traditionnelles.

Parallèlement, le marché naissant de la photographie et ses besoins financiers personnels rendent Van der Elsken de plus en plus conscient de la valeur de ses tirages, qu’il travaille souvent de façon très individuelle et expressive. Pour son travail photographique et pour ses films, il essaye toujours de trouver la technique qui convient le mieux, à défaut de l’inventer lui-même. Son usage précurseur de la photographie en couleur est peu reconnu à l’époque, voire discrédité par ses pairs. À Paris déjà, au début des années 1950, il réalise des photographies en couleur, qui, faute de moyens techniques et financiers, sont alors peu ou pas reproduites.
Les extraits de films et de diaporamas montrés dans l’exposition — Eye Love You et Tokyo Symphony — ont été remontés après sa mort à partir de son « sound script » et de ses nombreuses prises de vue en couleur. En plus des planches-contacts, des dessins et des maquettes de certains de ses ouvrages, ainsi que des documents personnels, des lettres, des notes apportent un éclairage nouveau sur sa manière de travailler et sa personnalité. Des extraits de ses textes, acérés, personnels et souvent teintés d’humour, complètent la présentation de ce grand photographe et cinéaste.



Commissaire : Hripsimé Visser

Exposition organisée par le Stedelijk Museum Amsterdam en collaboration avec le Jeu de Paume.
Remerciements à Anneke Hilhorst et Han Hogeland, au Nederlands Fotomuseum, Rotterdam, à l’Université de Leyde, au EYE Film Festival Museum Amsterdam, au Netherlands Institute for Sound and Vision, Hilversum, et à Annet Gelink Gallery Amsterdam and Paradox Edam.


PARTENAIRES MÉDIA
À Nous Paris, de l’air, Time Out Paris, Paris Première.
Remerciements à l’Hôtel Napoléon Paris.