En regard
Travaux d'élèves des lycées Brassaï (Paris, 15e) et Auguste Renoir (Paris, 18e)

Ces travaux ont fait l'objet d'une exposition présentée dans l'espace éducatif du Jeu de Paume, du 1er juillet au 24 septembre 2017.

Avec le soutien du rectorat de Paris et de la Région Île-de-France.


Les activités éducatives du Jeu de Paume bénéficient du soutien d’Olympus France,


L’IMAGE EN CREUX
Lycée professionnel de la photographie et de l’image Brassaï




Cette vidéo rassemble le travail photographique que les deux classes de première Baccalauréat Professionnel Photographie du Lycée Brassaï (Paris, 15e) ont mené, dans le cadre d’un partenariat avec le Jeu de Paume, autour de l’exposition « Eli Lotar (1905-1969) » qui s’est tenue du 14 février au 28 mai 2017. Exposition coproduite par le Centre Pompidou et le Jeu de Paume, dans le cadre du 40e anniversaire du Centre Pompidou.

Conçu comme un parcours éducatif pluridisciplinaire (Histoire de l’art et de la photographie, Français, Arts appliqués, Studio, Reportage, Laboratoire noir & blanc et Traitement numérique), ce projet s’est développé autour de trois propositions de recherches photographiques en regard du travail d’Eli Lotar :
— Porter, en une image, un regard étrange sur un objet du quotidien.
— Faire l’expérience de la ville, à travers une déambulation urbaine solitaire, afin de transfigurer le réel et l’amener vers l’insolite, l’étrange, le poétique ou le subversif.
— Revenir sur les lieux d’un événement et réorienter le regard par une mise sous tension de l’image, « en creux », afin d’engager un questionnement autour de la puissance de l’anodin dans notre rapport au passé.

Une des ambitions de ce projet était que les élèves puissent s’approprier et prolonger, sur l’ensemble de l’année, l’expérience de la visite-conférence de l’exposition « Eli Lotar (1905-1969) » par une réflexion et un travail de création, stimulant chez eux une démarche d’auteur.
Au-delà des expérimentations et de la réalisation des images, les élèves ont ainsi eu l’occasion de s’engager dans une réflexion plus globale et collective sur des enjeux nouveaux liés à la conception et l’édition d’un livre de photographies intitulé L’Image en creux.


Élèves des classes de Première Bac Professionnel Photographie : Yassine Achache, Pierre Arrouasse, Alpha Bah, Joséphine Berneau, Elia Bertier, Yvana Bolinois, Camille Braun, Mae-Li Danglades, Mathilde Demier, Hugo Descarrega, Julie Dixit, François Entz, Kevin Ferreira y Ribeiro, Luca Haddad, Matéo Hamdine, Ilona Hamel, Autild Held , Jade Hornn, Clémence Lacombe, Amine Lahmami, Monein Lambert, Sophie Letassey, Nolwenn Mehani, Luka Milojevic, Matthieu Mouyeket, Jessica Pedrosa, Léa Perreve, Marie Pichet, Antoine Quittet, Chloé Sanchez, Myriam Schoeffler, Gabriela Serna, Pierre Slomowicz, Nikola Vejic.

Enseignant.e.s : Martin Barzilaï, Abdelhamid Berrada,Martine Ernoult, Céline Lourd, François Oliva, Rémy Péquignot, Emmanuel Peyrin, Cédric Sartore, Emmanuelle Soulier.



TROPISME
Lycée technologique d’arts appliqués Auguste Renoir


Téléchargez, en bas de page, le document PDF lié qui présente les coulisses du projet Tropisme.

En regard de l’exposition « Soulèvements », présentée au Jeu de Paume du 18 octobre 2016 au 15 janvier 2017, les étudiants de première année des BTS Design Graphique et Photographie du Lycée technologique d’arts appliqués Auguste Renoir (Paris, 18e) ont travaillé ensemble pour produire des affiches mêlant photographie et sérigraphie. Ils ont tout d’abord défini leurs intentions et les moyens pour les réaliser. Ils ont exploré différentes thématiques puis étudié la place de l’image et de la sérigraphie dans leur projet, en réfléchissant notamment à la production d’images qui évoquent un évènement sans le montrer directement ainsi qu’aux liens possibles entre texte et image(s), au montage et à la séquence d’images.

Reflets de préoccupations sociales et écologiques, leurs images témoignent de la situation des migrants, des conflits et des frontières imaginaires ou réelles qui perdurent, interrogent les questions de la parité aujourd’hui et de l’homosexualité face à la religion, ou encore s’élèvent contre la disparition des abeilles. D’autres se sont intéressés à ce qui se passe après l’évènement en photographiant des « temps faibles », a priori sans intérêt. Le soulèvement n’est effectivement pas toujours visible, ni toujours palpable ; c’est en particulier le cas de l’éducation, ce soulèvement de l’esprit et de l’âme. Le soulèvement, c’est aussi le mouvement qui nous déplace chaque matin et qui provoque des élans, parfois voués à la répression ou à l’échec. Le soulèvement, c’est enfin se réveiller et devenir soi-même pour afficher ce que l’on cache au nom d’une intégration rêvée dans un groupe voire une société.

Le mot « Tropisme », dans son sens premier, désigne la tendance à croître vers le bas ou le haut, à se mouvoir entre gravité et lumière. Il fait ici écho aux questions soulevées dans ces affiches par les élèves-étudiants, qui ne portent aucune sentence mais invitent chacun à choisir de « soulever » son énergie pour échapper ou non à la gravité…


Étudiants en Design Graphique : Céline Bourget, Claire Colignon, Émilie Collin, Sophie Cornet, Lucie Delauney, Anaëlle Enjalbert, Marieta Fize, Pierre-Marie Hascoet, Lucie Julien-Faimali, Mila Landreau, Louise Mery, Noémie Morillon, Ugo Olivari, Elizaveta Pavina, Amandine Poirot, Lucile Poret, Chloé Reboux, Laura Rodière, Léna Salabert, Léo Simbron, Lise Songthane, Juliette Thuault, Annecy Ung.

Étudiants en Photographie : Antoine Bertron, Axel Bruniau, Cléa Castel, Marion Cazes, Mélisande Ceva, Leslie Fernandez, Eugénie Hauchard, Marie-Bénédicte Kernin, Nancy Landréat, Joséphine Lefebvre, François Magnosi, Tessa Marchon, Adélie Martin, Sean Mcloughlin, Maëlenn Merpault, Marion Nauleau, Simon Pillaud, Coline Planque, Louise Prevel, Julie Toupance, Shanna Truzzi.

Enseignantes : Aurore Le Maître et Estelle Pézery.



Les activités éducatives du Jeu de Paume
bénéficient du concours de


Neuflize OBC,
mécène privilégié du Jeu de Paume


et d'Olympus France,
Document PDF téléchargeable