Willy Ronis

Voir le portrait filmé de Willy Ronis

Cette exposition consacrée au photographe français Willy Ronis (1910-2009), est réalisée à partir du fonds de la donation qu’il a faite à l’État en 1983. Organisée conjointement avec la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine, elle rend hommage à cet artiste de renommée internationale, en dévoilant des photographies restées encore méconnues.

« La photographie c’est l’émotion » : ainsi s’exprimait Willy Ronis, ce grand photographe qui fut, avec Robert Doisneau, Izis, Sabine Weiss…, l’un des derniers représentants du courant humaniste français.
Parmi les images les plus connues de Willy Ronis, beaucoup relèvent de ce regard porté sur le quotidien pour élaborer des micro-récits à partir de personnages et de situations ayant pour cadre la rue. Aujourd’hui, ces images – désormais érigées en « monuments » de l’histoire de la photographie – trahissent moins l’existence d’un instant donné qu’une façon particulière de représenter l’utopie de l’unanimité humaniste : s’extasier devant la réalité et observer la fraternité des peuples.

S’il est vrai que ses images souscrivent, dans une certaine mesure, à cette vision optimiste de la condition humaine, Ronis n’en édulcore cependant pas l’injustice sociale et s’intéresse aux classes les plus démunies. Sa sensibilité aux luttes quotidiennes pour survivre dans un contexte professionnel, familial et social précaire montre que les convictions politiques de Ronis, militant communiste, l’incitaient à un engagement actif, que ce soit par la production ou la circulation d’images de la condition et de la lutte ouvrières.

On a généralement tendance à circonscrire la production de Willy Ronis au territoire français. Pourtant, même si la plupart de ses images les plus reproduites ont été prises en France, depuis sa jeunesse Ronis n’a eu de cesse de voyager et de photographier d’autres lieux.
Le style de Ronis reste intimement lié à son vécu et à son propre discours sur la photographie. Il n’hésitait pas à évoquer sa propre vie et son contexte politique et idéologique. Au fil de ses images et de ses textes, on découvre ainsi un photographe désireux avant tout d’explorer le monde, épiant en secret, attendant patiemment que celui-ci lui dévoile ses mystères. À ses yeux, l’important est davantage de recevoir des images que d’aller les chercher, d’absorber le monde extérieur plutôt que de le saisir et, de là, bâtir son propre récit.


Commissaire : Matthieu Rivallin.

Exposition coproduite par le Jeu de Paume et la Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine.


FICHE TECHNIQUE

— 113 tirages originaux, 10 textes de présentation (1 introduction, 1 chronologie, 8 textes de sections).
— 113 cadres (4 cadres 134 x 94 cm, 12 cadres 102,5 x 77,5 cm, 6 cadres 97,5 x 77,5 cm, 1 cadre 88,5 x 117,5cm, 4 cadres 67,5 x 54,5 cm, 85 cadres 57,5 x 47,5 cm ).

Finition : passe-partout blanc, baguettes de bois chêne foncé et aluminium.
Expédition : 3 caisses en bois et emballage individuel sous bullpack / poids total 670 kg, 3,963 m3
Portfolio :