Petit Journal #63 : "Lisette Model"

Lisette Model (1901-1983) est une figure incontournable de l’histoire de la photographie, aussi bien pour son style très personnel que ses activités dans le champ de l’enseignement. La présente exposition regroupe ses œuvres les plus représentatives, et à côté d’images très célèbres – réalisées au Sammy’s Bar à New York, à Coney Island ou encore dans les rues du Lower East Side –, sont présentées quelques œuvres plus confidentielles comme les photographies de la série "Pedestrians" et les clichés pris à la sortie de l’Opéra de San Francisco, dans les bars de Reno ou à l’hippodrome de Belmont Park à New York.

Lisette Model concevait l’appareil photographique comme un instrument de détection, permettant de voir ce que l’habitude tend à occulter. Concentrée sur le tempo frénétique de la ville, qui l’attirait particulièrement tant elle était fascinée par les passants et la clientèle des night-clubs, elle prenait ses photographies instinctivement. À la prise de vue succédait le travail en laboratoire, au cours duquel elle recadrait ses négatifs afin d’en éliminer tout détail superflu et d'obtenir des images directes, immédiates, pleines de force et d’humanité. Berenice Abbott disait du regard de Lisette Model qu’il était sans peur. Il était aussi, sans nul doute, bien peu conventionnel, ce qui lui valut la reconnaissance de confrères comme Ansel Adams ou Edward Steichen, mais aussi de directeurs de magazines illustrés où furent publiés un grand nombre de ses clichés.


Les débuts de Lisette Model
Élise Amélie Félicie (dite Lisette) Stern naît dans une famille aisée à Vienne, en 1901. Son père, devant l’antisémitisme qui gagne l’Autriche, change son patronyme pour celui de Seybert dès 1903. En 1926, deux ans après la mort de son mari, la mère de Lisette retourne en France – son pays natal – pour habiter à Nice, tandis que la jeune fille s’installe à Paris. Très musicienne – elle a reçu une formation entre autres auprès d’Arnold Schönberg –, celle-ci prend alors des leçons de chant avec la soprano Marya Freund. On ne sait pas précisément pourquoi elle abandonne le chant – dans plusieurs entretiens elle évoque des problèmes avec sa voix – pour se consacrer à la photographie, comme moyen de gagner sa vie.
Elle s’initie notamment auprès de Rogi-André – la première épouse d’André Kertész, avec laquelle elle se lie d’amitié à Paris et de qui elle reçoit l’unique leçon de photographie qu’elle ait jamais admise : "Ne prends jamais ce qui ne te passionne pas" –, puis en 1937 auprès de Florence Henri.
Ses premiers clichés sont pris entre 1933 et 1938 à Paris et sur la Côte d’Azur. En dépit de son maigre bagage technique, elle y manifeste déjà sa marque singulière, faisant preuve dès le départ d’un regard très personnel, extrêmement direct et à la fois respectueux des sujets photographiés. Dès le début, elle pointe son objectif sur les pôles opposés de la société : les nantis d’un côté, les plus démunis de l’autre ; sa fameuse série de la "Promenade des Anglais", réalisée à Nice en 1934, est un portrait sans concession de la bourgeoisie opulente et oisive de la Côte d’Azur. C’est à la même époque qu’elle rencontre le peintre d’origine russe Evsa Model, qu’elle épouse trois ans plus tard.

La reconnaissance
En 1938, Evsa et Lisette s’embarquent pour New York. Fascinés par la ville et désireux de rompre avec une Europe en proie aux persécutions antisémites et aux conflits sociaux, ils décident de s’y installer. La forte impression que New York fait sur Lisette Model est perceptible dans des séries comme "Reflections" (1939-1945), où elle pointe son objectif sur les vitrines des magasins reflétant les piétons et l’architecture des gratte-ciel, "Running Legs" (1940-1941), où elle capte les pieds des passants pressés dans la rue, et "Pedestrians" (vers 1945), où elle fait le portrait de piétons qu’elle extrait de la foule…
La période située entre 1942 et 1949 est incontestablement la plus prolifique de la carrière de Lisette Model, qui réalise alors ses célèbres reportages dans les bars et les night-clubs les plus fréquentés du Lower East Side et du Bowery. À cette époque, elle voyage aussi à plusieurs reprises sur la côte Ouest où elle réalise les portraits d’intellectuels, d’artistes et de photographes – Henry Miller, Dorothea Lange, Edward Weston, Imogen Cunningham… – et l’une de ses séries les plus percutantes en photographiant le public de l’Opéra de San Francisco.
Par ailleurs, au début des années 1940, elle fait la connaissance de Ralph Steiner, rédacteur en chef du magazine PM’s Weekly, qui décide de publier des images de la "Promenade des Anglais" dans son hebdomadaire et l’engage comme photographe. Il la met également en contact avec Alexey Brodovitch, le directeur artistique du magazine Harper’s Bazaar, qui, dès sa première commande en 1941, publie Coney Island Bather, portrait d’une baigneuse opulente et enjouée au bord de la mer qui deviendra l’une des images les plus célèbres de Model et qui marque le début d’une relation professionnelle à la fois productive et enrichissante avec la revue.
Elle publie également dans US Camera, revue dirigée par Ansel Adams, avec lequel elle se lie d’amitié. C’est sans doute encore Steiner qui introduit Model au sein de la Photo League, où elle fait la connaissance de Berenice Abbott, et où elle réalise sa première exposition individuelle aux États-Unis, en mai-juin 1941.

L’enseignement
C’est par l’intermédiaire d’Ansel Adams que, en août 1949, Lisette Model se voit confier le cours de photographie documentaire à la California School of Fine Arts de San Francisco, première expérience didactique qui l’encourage à poursuivre dans l’enseignement. En 1951, elle intègre, à New York, la New School for Social Research de l’Université de Columbia, poste qu’elle conservera jusqu’à la fin de sa vie et où elle a Alexey Brodovitch, Josef Breitenbach et Berenice Abbott comme collègues.
Lisette Model continue un temps de photographier parallèlement à ses cours – c’est de cette époque que datent les images du Festival de Jazz de New York (1954-1956) ou les photos de courses hippiques de Belmont Park (1956) –, jusqu’à ce que sa carrière d’enseignante prenne tout à fait le pas.
"Photographiez avec vos tripes" est la consigne qu’elle a pour habitude de répéter à ses élèves, à qui elle parvient à transmettre sa passion pour la photographie en les emmenant travailler dans les rues de New York. On citera parmi eux Diane Arbus, Rosalind Solomon, Bruce Weber ou encore Larry Fink. Les témoignages de certains d’entre eux sur leur expérience aux côtés de Lisette Model évoquent une personne ayant réussi à transmettre une façon de comprendre la photographie : capter ce par quoi l’on est passionné au lieu de se demander comment les images seront perçues, s’approcher de son sujet, s’intéresser à son environnement, rompre avec les conventions, la routine qui rend aveugle et empêche de voir la plupart des images qui nous entourent, vivre au présent et réagir à la fraîcheur de l’instant.
Lisette Model donna son dernier cours magistral à la Comfort Gallery du Haverford College, quelques semaines avant de s’éteindre, à l’âge de 82 ans.


CHRONOLOGIE

1901 10 novembre : naissance de Lisette Model à Vienne, Autriche.

1918-1920 Éducation musicale, entre autres auprès d’Arnold Schönberg.

1924 Mort de son père.

1926 Installation à Paris.

1933 Abandon définitif de la musique. Premier appareil photo et rencontre de Rogi-André.

1934 Début de la série de la "Promenade des Anglais", à Nice. Rencontre d’Evsa Model, artiste constructiviste d’origine russe.

1935 Publication d’images de sa série la "Promenade des Anglais" dans Regards.

1937 Mariage avec Evsa Model.

1938 Installation à New York.

1939 Premières images de la série "Reflections".

1940 Ralph Steiner publie la "Promenade des Anglais" dans le magazine PM’s Weekly.

1941 Première exposition individuelle à la Photo League de New York. Début de sa collaboration avec Alexey Brodovitch qui publie ses photographies dans Harper’s Bazaar.

1942-1950 Période la plus féconde de la carrière de Lisette Model. Célèbres reportages au Sammy’s Bar, au Nick’s, au Gallagher’s… Voyage à San Francisco, où elle rencontre Ansel Adams.

1951 Devient enseignante à la New School for Social Research de l’Université de Columbia, poste qu’elle conservera jusqu’à la fin de sa vie.

1955 Fin de sa collaboration avec Harper’s Bazaar.

1957 Diane Arbus devient son élève.

1968 Nommée membre d’honneur de l’American Association of Magazine Photographers.

1975 Rencontre de Gerhard Sander, le petit-fils du photographe August Sander, qui devient son galeriste et se charge du tirage de ses œuvres.

1978 Invitée d’honneur, avec Izis et William Klein, des Rencontres internationales de la photographie d’Arles.

1979 Publication par Aperture d’une monographie consacrée à Lisette Model (conception graphique : Marvin Israel ; texte : Berenice Abbott).

1981 Exposition "Lisette Model: A Retrospective" au Museum of Art de La Nouvelle-Orléans, puis, l’année suivante, au Folkwang Museum de Essen en Allemagne.

1982 Médaille d’or pour la photographie de la Ville de Paris.

1983 4 mars : dernier cours magistral à la Comfort Gallery du Haverford College. 30 mars : mort de Lisette Model, à New York, à l’âge de 82 ans.

1990 Grande rétrospective organisée par Ann Thomas à la National Gallery of Canada à Ottawa.