Second volet de la programmation Satellite
conçu par María Inés Rodríguez


Observer, surveiller, recueillir et transmettre les données : ce sont, parmi d’autres, les missions confiées aux satellites artificiels placés en orbite autour d’un corps céleste. L’ensemble des satellites en circulation dans notre galaxie définit un espace virtuel en évolution permanente, traversé par les enjeux politiques, économiques, scientifiques et technologiques de notre planète.

Cet espace devient la métaphore d’un territoire de possibles que le Jeu de Paume nous invite à explorer à l’occasion du second volet de la programmation Satellite.
María Inés Rodríguez a conçu ce cycle d’expositions, qui réunit quatre artistes invités, comme le lieu d’un échange obéissant aux principes d’interconnexion et d’hétérogénéité, et de ce fait en constante mutation. Mythes, légendes, théories scientifiques, secrets militaires et progrès technologiques constitueront la toile de fond de cette plateforme de travail et de discussion qui interrogera la place de l’individu dans un univers instable.



María Inés Rodríguez

Commissaire d’exposition et critique d’art née en Colombie en 1968, María Inés Rodríguez a également collaboré avec plusieurs écoles d’art, dont les écoles des Beaux-Arts de Bordeaux (2002-2003) et de San Juan, Porto Rico.

Chargée, au Jeu de Paume, de la programmation du second volet de Satellite (octobre 2008 / octobre 2009), elle a conçu par ailleurs de nombreuses expositions et participé à de nombreux projets : entre autres "Sueño de Casa Propria " (La Casa del Lago, Mexico, Vimcorsa, Cordoue / 2008), Projects Rooms ARCO 08 et 09 (Madrid / 2008 / 2009), "Espacios de Hospitalidad" (Musée d’Art Moderne, Medellin / co-commissaire avec José Roca, etc. / 2007), "Habitat/Variations" (Centre d’art contemporain, BAC – Genève / La Casa Encendida, Madrid / 2007), "Cuando el río suena" (Ma. Angélica Medina / Alliance française, Bogotá / 2006), "SILENCIO" (Centre culturel Chacao, Caracas / 2006).

Depuis 2008, elle est également chargée d’édition du Point d’ironie à Paris.