Petit Journal #57 : Irina Botea
Un instant de citoyenneté

Le cycle de la programmation Satellite se conclut cette saison avec le projet d’Irina Botea (1970, Bucarest), Un instant de citoyenneté. Le travail de Botea se situe au croisement du documentaire et de la fiction, une frontière subtilement esquissée à travers la vidéo, la performance, la photographie ou l’installation. Certaines de ses pièces superposent ou font alterner des images d’archives extraites de médias audiovisuels, ou s’en inspirent directement pour reconstituer des séquences de scènes réelles tirées d’événements historiques en rapport avec le pays natal de l’artiste.

Les deux œuvres qu’elle présente à la mezzanine et au foyer, ainsi que la publication éditée à l’occasion de l’exposition, s’inscrivent dans une démarche plus large de relecture et de réinterprétation (au sens de jeu théâtral) de moments clés de l’histoire contemporaine de la Roumanie. Ces événements ont marqué un tournant décisif, le passage à un nouveau chapitre dans l’histoire de toute une communauté. Le panorama actuel obéit à de nouvelles cartographies du pouvoir, qui à leur tour génèrent de nouvelles zones de contact redéfinies quotidiennement et engagent des négociations et des hiérarchies d’un autre type, déterminées par la mondialisation et ses ramifications aux niveaux politique, économique et social.

Pour la vidéo Before a National Anthem (2009), produite spécialement à l’occasion de cette exposition, Botea a demandé à un groupe de poètes et de compositeurs de son pays de réécrire les paroles et la musique de l’hymne national roumain, cet acte engendrant ainsi un espace dynamique et politique. En effet, vingt ans après les manifestations du 16 au 22 décembre 1989 qui aboutirent à la révolution roumaine et à la chute de Nicolae Ceausescu, Irina Botea cherche à interroger à travers ce projet, ainsi que dans son œuvre Auditions for a Revolution (2006), des concepts tels que l’identité ou le rôle du citoyen dans la fabrication de nouveaux symboles pour un pays en reconstruction. La citoyenneté, une notion complexe qui se construit à différents niveaux et dans des contextes variés, ainsi que le souligne Étienne Balibar dans son essai intitulé Vers une citoyenneté imparfaite : "La citoyenneté est plutôt une pratique et un processus qu’une forme stable. Elle est toujours en devenir." (1)

Quant à la publication accompagnant cette exposition, elle rassemble, à la façon d’un chansonnier, les différents poèmes, ainsi que les réflexions des poètes sur ce que représente ce type de chant au point de vue éthique, politique et social. En effet, pour citer Brian Holmes, "l’art est à même d’offrir à la société la possibilité de réfléchir aux figures imaginaires collectives dont dépend sa propre cohésion, son auto-compréhension". (2)



María Inés Rodríguez
commissaire de la programmation
Satellite 2008-2009




(1). Étienne Balibar, Nous, citoyens d’Europe ? Les frontières, l’État, le peuple,
Paris, La Découverte, 2001, p. 211.

(2). Brian Holmes, "Artistic Autonomy and the Communication Society",
conférence, Londres, Tate Modern, 2003.