Satellite 6
"Suite pour exposition(s) et publication(s)".
Une proposition de Mathieu Copeland

Pour la sixième édition de la programmation Satellite, le Jeu de Paume a invité le commissaire Mathieu Copeland. Continue et ouverte, cette "Suite pour exposition(s) et publication(s)" porte un regard double sur l’exposition, son image et sa représentation — qu’il s’agisse d’image mentale, du déplacement de l’image, de la médiation de l’image ou simplement du travail de l’image.

"Suite pour exposition(s)", jouant de la connotation musicale du terme "suite", s’offre comme une réflexion sur la fragmentation de l’exposition pour une suite d’espaces et le temps d’une année. Les douze mois se voient ainsi divisés en quatre segments. Le premier temps, de trois mois (26 février-12 mai 2013), aborde l’exposition par le mot et la pensée. Entre écriture et image mentale, sont ici questionnées l’unicité de la lecture et de la parole, la place du mot dans l’exposition, la question de l’exposition et du catalogue – ou encore de l’exposition du catalogue… Un deuxième segment de deux mois (Maison d’art Bernard Anthonioz, 21 mars-12 mai 2013) prend le contrepoint du mot parlé et envisage ce moment où le texte fait image et où l’écriture (dans sa plus large acception) s’efface au profit de l’abstraction de l’image et de la disparition du sens. Cette exposition se pense comme le désir affiché (et affirmé) d’annuler tout texte ou toute image. Un troisième temps de trois mois (28 mai-1er septembre 2013) poursuit la suite et sa possibilité, la disparition de l’image au profit de l’événement et de sa marchandisation. Enfin, un quatrième et dernier moment de trois mois et demi (15 octobre 2013-26 janvier 2014) conclut cette suite en reposant la question du mot cette fois-ci au sein d’une célébration cinématographique.

Cette fragmentation du temps – ces segments – s’écrit physiquement entre deux espaces (la mezzanine et le foyer du Jeu de Paume), en écho et en continuité l’un de l’autre : dans le temps et la suite (en ce qui concerne les trois expositions présentées dans les espaces du Jeu de Paume), en parallèle et en concomitance (les deux premiers segments, présentés respectivement au Jeu de Paume et à la Maison d’art Bernard Anthonioz, se superposant entre mars et mai).
Poursuivant un engagement critique sur l’exposition et le livre, en parallèle s’écrit une Suite pour publication(s) dont le désir affirmé est de dépasser la conception du catalogue comme représentation de l’exposition par le livre. Chaque exposition sera ainsi accompagnée de la production d’un ouvrage, dont la conception et l’édition seront coréalisées par le commissaire et un "travailleur du langage" invité.


Mathieu Copeland, commissaire
Né en 1977. Vit à Londres. Mathieu Copeland cultive une pratique cherchant à subvertir le rôle traditionnel des expositions et à en renouveler la perception. Il a notamment été co-commissaire de l’exposition "Vides, une rétrospective" au Centre Pompidou à Paris et à la Kunsthalle de Berne, et a organisé de nombreuses expositions dont "Soundtrack for an Exhibition" et "Alan Vega" au musée d’Art contemporain de Lyon, "Une exposition chorégraphiée" à la Kunsthalle de Saint‑Gall et à la Ferme du Buisson à Noisiel, et a initié les séries "d’expositions parlées", et "d’expositions à être lues". Il enseigne à la Haute École d’art et de design de Genève et intervient dans de nombreuses universités et écoles d’arts. Il est commissaire de l’exposition monographique de Gustav Metzger au Musée d’art contemporain de Lyon (du 15 février au 14 avril 2013), ainsi que de l’exposition rétrospective de Phill Niblock à Circuit et au Musée de l’Elysée à Lausanne (du 30 janvier au 12 mai 2013). Il prépare l’anthologie des écrits de Gustav Metzger, à paraître en février 2013 aux Presses du Réel, et l’ouvrage Chorégraphier l’exposition pour mars 2013.

www.mathieucopeland.net