Figurations cinématographiques et régimes d’historicité / 4
"Archives et mémoires visuelles : films de montage et pratiques historiennes du cinéma", avec Andrei Ujica
le 10 juin 2011
15h30 - 17h30
Concorde, Paris

Pour l’historien, un film ne s’inscrit presque jamais dans un univers déconnecté de toute référence. Il possède même de nombreuses marques d’historicité, signes, entre autres, du caractère collectif de sa production, de sa mise en œuvre et de ses usages.
Les efforts effectués, ici ou là pour favoriser une approche méthodique de lecture des films, ont contribué à leur appropriation par les chercheurs. Leur usage se répand désormais dans des travaux dont ils ne sont pas la source principale, tout en privilégiant, dans leur lecture, les exigences d’une analyse scientifique.
Les Masterclass procèdent de deux principes : inviter des artistes et des professionnels ; trouver une forme adaptée à l’exposé, la projection d’images et la discussion qui, tout en se situant à un niveau d’exigence universitaire, offre un espace de rencontre informel. Il s’agira de montrer, à partir de ce dispositif, la manière dont le cinéma peut donner une place au spectateur, sans pour autant opposer démarches documentaires et créations fictionnelles, et comment, en retour, nous pouvons exercer une activité réflexive sur les régimes d’historicité des films.


> Séance 4 : "Archives et mémoires visuelles : films de montage et pratiques historiennes du cinéma", avec Andrei Ujica, réalisateur
Modératrices : Stéphanie Louis et Alina Popescu

Cinéaste d’origine roumaine, Andrei Ujica a réalisé entre 1992 et 2010 une trilogie abordant la fin du communisme sous l’angle des relations entre médias et pouvoir politique : Vidéogrammes d’une révolution (co-réalisé en 1992 avec Harun Farocki), Out of the Present (1995) et L’Autobiographie de Nicolae Ceausescu (2010).
Trois compositions à partir d’archives filmées préexistantes, de la vidéo sauvage à la production officielle. Trois considérations sur l’histoire, de l’emballement temporel de l’événement (la "révolution" roumaine de 1989), aux vingt-cinq ans de dictature du Conducător, en passant par les dernières années de l’URSS. Trois appropriations cinématographiques d’une mémoire récente, sur lesquelles nous aurons l’occasion de nous interroger lors de la quatrième séance de "Figurations cinématographiques de l’Histoire", au cours de laquelle seront présentés des extraits de ces trois films.

À l'auditorium, le vendredi 10 juin à 15 h 30. Trois euros ou entrée libre sur présentation du billet d'entrée aux expositions (valable uniquement le jour même). Gratuit pour les adhérents du Jeu de Paume et de l’université Paris 8.


>"Figurations cinématographiques et régimes d’historicité : séminaire organisé, sous la direction de Christian Delage, historien et professeur à l’université Paris 8, par les étudiants-chercheurs Rémy Besson, Stéphanie Louis, Constance Ortuzar, Aurélien Rigaud et Pier-Alexis Vial.

Ce cycle de 4 séances est réalisé en partenariat avec EHESS, Paris 8, IHTP-CNRS, Culture visuelle, Cinémadoc.


Séance organisée avec la collaboration de
l'Institut Culturel Roumain de Paris


culturevisuelle.org
R3D groupe de recherche