Laurent Grasso. Uraniborg

Toute observation est une manière partielle d'appréhender la réalité. Le travail de Laurent Grasso explore les interstices de cette observation partielle, c'est-à-dire les espaces d'incertitude ou de doute que suscite n'importe quelle conjecture — que ce soit dans le domaine de la science, de l'histoire, de la perception ou de la croyance —, afin de construire des réalités parallèles susceptibles de mettre à l'épreuve notre système de connaissance et notre capacité critique. Il ne s'agit pas pour lui de vérifier la véracité de nos suppositions, mais d'exploiter leurs fractures et leurs tensions pour en faire la matière première de son travail. L'observation, mais aussi le contrôle, la surveillance, le pouvoir ou l'emprise de la science ou de la croyance, ainsi que la réversibilité ou la simultanéité temporelle font partie des champs explorés par Laurent Grasso dans son œuvre. En tendant la relation entre le connu et l'inconnu ou en contractant la distance entre le visible et l'invérifiable, le travail de Laurent Grasso met en évidence l'asymétrie entre voir et être vu.


> Coédition Jeu de Paume, Paris ; Musée d'art contemporain de Montréal ; Skira Flammarion.
> Textes de Marie Fraser, Hélène Meisel, Sébastien Pluot, Mathilde Roman. Avant-propos de Paulette Gagnon et Marta Gili. Entretien de Laurent Grasso avec Marta Gili. Prix de vente : 35,50 euros.

Articles liés