Le Jeu de Paume en 10 dates
Concorde, Paris

1862 Inauguration, sous les auspices de Napoléon III, de la salle du jeu de paume, dernier lieu parisien créé pour ce sport de raquettes, ancêtre du tennis. Sa construction reprend, par souci de symétrie et de composition urbaine, les principes décoratifs du bâtiment voisin de l’orangerie, conçu neuf ans auparavant.

1909-1922 Le tennis ayant pris l’ascendant sur le jeu de paume, le bâtiment est abandonné et devient une galerie d’exposition. C’est la première fois dans l’histoire de l’art occidental qu’un édifice dont ce n’est pas la fonction d’origine s’ouvre à la présentation d’œuvres d’art.

1914-1918 Pendant la Première Guerre mondiale, le bâtiment abrite un service de distribution de tickets de rationnement.

1922-1939 La salle devient une annexe du musée du Luxembourg et présente la section des écoles étrangères contemporaines, ce qui marque l’entrée de l’art contemporain dans le lieu. Entre 1929 et 1932, une campagne de travaux vise à adapter le bâtiment à sa nouvelle fonction muséale.

1939-1944 Réquisitionné par les nazis, le musée permet l’entrepôt et le transit des œuvres d’art spoliées.

1944-1946 La Commission de récupération artistique nationale s’installe dans les locaux du musée du Jeu de Paume et rend les œuvres spoliées durant la guerre, grâce à l’inventaire réalisé par la résistante Rose Valland.

1947-1986 Le musée du Jeu de Paume devient le musée des Impressionnistes, annexe du Louvre jusqu’à l’ouverture du musée d’Orsay.

1991-2004 Après la reconstruction intérieure du bâtiment sur les plans d’Antoine Stinco, la Galerie nationale du Jeu de Paume devient un lieu d’art moderne et contemporain à l’initiative de Jack Lang. Elle est dirigée par Alfred Pacquement puis par Daniel Abadie.

2004 Jean-Jacques Aillagon, ministre de la Culture et de la Communication, décide de fusionner le Centre national de la photographie, le Patrimoine photographique et la Galerie nationale du Jeu de Paume en un seul établissement qui, présidé par Alain Dominique Perrin, sera dirigé par Régis Durand de 2004 à 2007, puis par Marta Gili.
Depuis, le Jeu de Paume est un centre d’art et un lieu de référence pour la diffusion de l’image des XXe et XXIe siècles, de la photographie au cinéma, de la vidéo à l’installation et à la création en ligne. Une programmation variée d’expositions mais aussi de cycles de cinéma, de colloques, de séminaires, d’activités éducatives ou encore de publications fait se côtoyer artistes reconnus et talents à découvrir.

2010 Le Jeu de Paume initie la présentation au Château de Tours d’expositions à caractère historique qui, auparavant accueillies par l’Hôtel de Sully à Paris, valorisent les donations faites à l’État et les fonds d’archives conservés par des institutions publiques ou privées, françaises et étrangères. Dans la perspective du développement des actions éducatives, la Ville de Tours, le CCC – Centre de création contemporaine de Tours, le Jeu de Paume et l’université François Rabelais se sont associés pour mettre en place des parcours spécifiques autour de la transmission des arts visuels à Tours.



Quelques chiffres concernant le bâtiment :
Longueur et largeur : 80 x 13 m.
Surface utile : 2 754,50 m2.
Surface d’exposition : 1 137 m2. Soit 9 salles sur 3 niveaux et 420 m linéaires de cimaises.
Hauteur sous plafond dans la plupart des salles : 4,50 m.

Articles liés