Manuel Álvarez Bravo.
Un photographe aux aguets (1902-2002)
Dossier documentaire
du 16 octobre 2012
au 20 janvier 2013
Jeu de Paume, Paris

> Mode d'emploi
Conçu par le service éducatif, en collaboration avec l’ensemble de l’équipe du Jeu de Paume, ce dossier propose aux enseignants et à leurs élèves des éléments d’analyse et de réflexion, afin de contribuer à la construction de leur propre rapport aux œuvres.

Il se compose de deux parties :
Découvrir l’exposition propose une première approche du projet et du parcours de l’exposition, de l’artiste et des oeuvres, ainsi que des repères chronologiques et iconographiques.
Approfondir l'exposition développe plusieurs axes thématiques autour des statuts de l’image et de l’histoire des arts visuels, des orientations bibliographiques et thématiques, ainsi que des pistes de travail élaborées avec les professeurs-relais des académies de Créteil et de Paris au Jeu de Paume.

Disponible sur demande, le dossier enseignants est également téléchargeable depuis le site Internet du Jeu de Paume.

> Pour plus d’informations
Tél. 01 47 03 04 95 / serviceeducatif@jeudepaume.org


> Manuel Álvarez Bravo. Un photographe aux aguets (1902-2002)
du 16 octobre 2012 au 20 janvier 2013

Le récit canonique de l’histoire de la photographie en Occident a eu tendance à privilégier la notion d’un temps chronologique, lié au progrès évolutif du médium et au surgissement de certaines individualités. Aujourd’hui, les institutions culturelles, les centres d’art et les musées ne peuvent se soustraire plus longtemps à la nécessité de réviser cette histoire à partir d’autres centres et d’autres périphéries, en privilégiant des notions alternatives liées à la mémoire, à l’histoire et au passé.

Il ne fait aucun doute que Manuel Álvarez Bravo est l’un de ces mythes marquants de l’histoire de la photographie. Et c’est pour cette raison que l’étude de son œuvre a rarement évité l’écueil des conventions critiques qui entourent la photographie ; tout au plus y ajoutait-on une larme de folklorisme local.

L’heureuse longévité de don Manuel, qui s’étend sur pratiquement tout le XXe siècle, coïncide également avec la période où la photographie et les images au sens large sont devenues des instruments de connaissance mais aussi de méconnaissance du monde. Presque toujours présenté sous un regard occidental complaisant, avide "d’exotismes” et de “surréalismes”, le travail d’Álvarez Bravo mérite aujourd’hui de nouvelles analyses et de nouvelles approches, prenant en compte d’autres contextes fondateurs. Par exemple, interroger ses images les moins connues en adoptant d’autres points de vue, donner à voir des images qui n’ont jamais été exposées – ou rarement –, ou encore montrer ses films (en format 8 mm et super-8), dont la plus grande partie est encore inédite.

Marta Gili, directrice du Jeu de Paume, in Manuel Álvarez Bravo,
Paris, éditions du Jeu de Paume / Hazan /
Madrid, FUNDACIÓN MAPFRE / TF Editores, 2012, p. 7.



> Téléchargez le dossier de l'exposition
Document PDF téléchargeable