Histoires d’avenir
Films et vidéos de Claudio Zulian
du 22 octobre
au 03 novembre 2013
Concorde, Paris

À l’occasion de la présentation de son dernier film Power No Power, réalisé en collaboration avec des collégiens d’Aulnay-sous-Bois, le Jeu de Paume présente la première rétrospective française de l’œuvre de Claudio Zulian.

Artiste vidéaste, compositeur et dramaturge, né en Italie et vivant à Barcelone, Claudio Zulian développe depuis 1998 un travail cinématographique singulier autour de l’expérience du territoire, du rapport au pouvoir, de la formation du lieu et de la représentation de soi. Ce travail l’a mené du quartier du Carmel à Barcelone aux régions sinistrées du Nord de la France, de Roumanie en Aragon et en Seine-Saint-Denis ; mais encore, de la séance de cinéma à l’installation, du documentaire au film de genre, de la mise en scène en studio à l’intervention urbaine, de l’arpentage à la chorégraphie, du découpage au plan-séquence, de la sociologie à l’analyse politique, du passé au futur auxquels s’arriment toujours le quotidien des vies qu’il appelle à témoigner.

Ces horizons divers montrent toute la richesse d’une méthode qu’il faut qualifier de collaborative. Elle engage un processus préparatoire original qui relève aussi bien de l’enquête sociologique que du scénario ou de l’essai. Habitants d’un village, d’un quartier ou d’une banlieue, adolescents ou adultes sont appelés à partager leurs subjectivités et leurs environnements, leurs mémoires et leurs désirs, leurs ambitions et leurs regrets, à rendre compte de la manière dont ils investissent leur territoire : A Lo Mejor, L’Avenir, A Través del Carmel, Después de la Violencia, 2031/2111... Ou encore à bâtir collectivement et en collaboration avec l’artiste, à partir de leurs expériences et de leur imaginaire, un scénario où résonnent leurs questionnements et leurs fantasmes : Miradas Extrañas, No Será Lo Mismo, Power No Power. Ainsi l’approche sociologique n’est-elle jamais réduite à sa seule portée scientifique ; elle fait signe en direction des fondements sociaux et des structures symboliques d’une société, et nourrit une démarche artistique où le tissu du sensible est tendu par le jeu de la réalité et de l’imaginaire.

Si l’enjeu est, on le verra, par le témoignage ou par la fiction, de recréer une dynamique sociale, de rendre à l’individu la clé de son existence, d’imaginer des voies de traverse dans les sentiers tracés par les pouvoirs publics et politiques, cela ne peut se faire qu’à l’intérieur de formes elles-mêmes actives, où opèrent de multiples formes de disjonction. Souvent le son et l’image se désynchronisent, et creusent dans l’espace public un monde complexe de discours intérieurs. Le présent s’absente à l’écoute du lointain – l’Espagne où s’exilent les conjoints ou les enfants roumains d’A Lo Mejor, L’Avenir auquel rêvent des Meurchinois entourés de leur passé industriel, le passé agricole dont Ayerbe (2031/2111) semble aujourd’hui bien loin... Des plans-séquences virtuoses orchestrant une série de visites domestiques, dans L’Avenir ou A Través del Carmel, offrent un portrait fantasmé de villes parfois retranchées dans l’inquiétude, en même temps qu’ils concertent l’idéal d’un vaste décloisonnement. Chaque fois, l’addition de discours individuels porte la subjectivité à une limite qui met en crise toute illusion d’objectivité promise par les discours d’experts des médias – ce dont Después de la violencia fait plus que tout autre l’expérience, en présentant dans un montage fracturé de multiples approches, subjectives ou scientifiques, de la violence dans un quartier barcelonais.
À cette violence du pouvoir, quelle meilleure réponse que celle de Power No Power : un carnaval de super-héros, ou le retournement de la violence en puissance festive ?

Antoine Thirion, critique de cinéma




> Soirée d’ouverture avec la projection en avant-première de Power No Power (2013, 32’) et No será lo mismo ("Ce ne sera pas pareil", 2011, 10’), le mardi 22 octobre à 19 heures. Les projections seront suivies d’une discussion entre l’artiste, Marta Ponsa, responsable de l’action culturelle, et Sabine Thiriot, responsable du service éducatif du Jeu de Paume.
Réservation indispensable : infoauditorium@jeudepaume.org

> Projection d’A través del Carmel ("À travers le Carmel", 2006, 90’), le samedi 26 octobre à 16 h 30. Conférence d’introduction d’Antoine Thirion, critique de cinéma, et discussion avec Claudio Zulian à l'issue de la projection.


> Pour consulter le programme, téléchargez le PDF en bas de page.

> À voir sur le magazine en ligne du Jeu de Paume
— CARNET DE Claudio Zulian : Suivez l'évolution du projet "Power No Power"
— LA PAROLE À : Claudio Zulian / entretien vidéo

> À voir sur le magazine en ligne des centres d’art
— EMPOWERMENT : Un texte d’Antoine Thirion sur UN COUP DE DÉS . NET /



PARTENAIRES


Le film de Claudio Zulian Power No Power a été sélectionné par la commission mécénat de la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques qui lui a apporté son soutien.



Il a été réalisé en partenariat avec Cinémas 93.


Il bénéficie du soutien de la
Fondation d’entreprise Hermès.

Avec la collaboration de l'Institut Ramon Llul, Barcelone.
Document PDF téléchargeable

Articles liés