Histoire d’une conservatrice
Performance de Kapwani Kiwanga
le 16 septembre 2014
19h00 - 20h00
Concorde, Paris

« Maji Maji », l’exposition de Kapwani Kiwanga, s’inspire du récit historique de la guerre Maji Maji qui s’est déroulée entre 1905 et 1907 et qui a constitué l’un des plus vastes soulèvements du continent africain du début du XXe siècle. La révolte contre l’administration allemande avait été déclenchée par Kinjiketile, médium spirite possédé par l’esprit Hongo. Kinjiketile possédait de nombreux partisans à qui il distribuait de l’eau sacrée, ou maji, réputée les protéger en transformant les balles allemandes en eau. Or le maji ne les a pas sauvés et les pertes africaines furent considérables.

Pour son exposition, Kapwani Kiwanga s’intéresse aux vides laissés dans la mémoire vivante de la guerre Maji Maji, aux traces matérielles de celle-ci et à l’imaginaire surnaturel qui l’englobe et la contextualise. Pour aborder ce sujet, Kapwani a choisi notamment la voie de l’empathie afin d’amener le spectateur à ressentir et imaginer ces vides insaisissables, inaccessibles et disparus. Parce qu’elle évoque le pouvoir de l’oral, du brisé et du fragmenté, l’absence devient ainsi un élément constitutif d’une histoire que l’on rejoue.

Le goût de Kapwani pour les traditions orales l’incite à une exploration permanente des possibilités formelles de l’oralité. Pour Histoire d’une conservatrice, sa conférence-performance au Jeu de Paume, elle endosse le rôle d’une conservatrice d’archives très particulières/subjectives. Elle fait parler des objets muets, incarne des récits oubliés et raconte des histoires fantastiques. Anecdotes insolites, faits passés sous silence et bêtes mythiques, tous ont leur place dans les histoires relatées par Kiwanga. En mêlant lecture, son et extraits vidéo, l'artiste questionne le statut du document.


Le mardi 16 septembre à 19 heures. Entrée libre dans la limite des places disponibles. Renseignements : infoauditorium@jeudepaume.org

Articles liés