Ismaïl Bahri
Instruments
du 13 juin
au 24 septembre 2017
Concorde, Paris

Voir le portrait filmé :
Cette vidéo est sous-titrée en français pour les personnes en situation de handicap auditif.

Le Jeu de Paume ouvre ses portes à Ismaïl Bahri pour sa première exposition d’ampleur. Né à Tunis en 1978, l’artiste évolue entre Paris et Tunis. Il privilégie la vidéo sans cependant négliger le dessin, la photographie et l’installation. Les travaux d’Ismaïl Bahri résultent souvent d’une série d’opérations dont les acteurs sont toujours des éléments simples issus du quotidien, tandis que l’intrigue se noue dans l’interaction qui s’établit entre eux : une goutte d’eau qui, apposée sur la peau, réagit aux pulsations artérielles, un fil qui se rembobine, les fibres d’un papier qui s’imprègnent d’encre... Par son regard attentif, son sens du détail et son goût pour l’énigme, l’artiste provoque des micro-événements dont il interroge les conditions de visibilité.

« Instruments » offre une sélection de ses principaux travaux à laquelle s’ajoutent deux nouvelles œuvres, pensées et produites pour l’occasion. Cet ensemble de huit œuvres vidéo rend compte des principaux sujets de réflexion irriguant son travail, comme l’élémentaire, la durée, l’échelle, la transformation, mais aussi la visibilité et l’invisibilité, le mystère et sa résolution. L’exposition tente de développer un mouvement d’élargissement progressif, qui part de la sphère intime pour aboutir à une ouverture vers l’extérieur (sur le paysage, la lumière ainsi qu’une certaine forme d’abstraction).
[…]
La vidéo occupe une place importante dans le travail d’Ismaïl Bahri. Elle rend possible la restitution des opérations – discrètes et éphémères – menées par l’artiste en intérieur ou en extérieur. Elle lui permet de fixer l’intégralité du processus en cours et d’introduire un potentiel développement, voire, parfois, une certaine narration. Ismaïl Bahri choisit dans certains cas de poser un regard réflexif sur la caméra pour « maintenir un rapport très élémentaire à la technique et à la façon dont apparaissent les images » (Jean- Louis Comolli). [...]



Commissaires : Marta Gili et Marie Bertran

Exposition produite par le Jeu de Paume, Paris


Partenaires média : À Nous Paris, L’Architecture d’Aujourd’hui, Time Out, Radio Nova, Paris Première.

Remerciements à l’hôtel Castille de Paris
Document PDF téléchargeable

Articles liés