Dorothea Lange
du 16 octobre 2018
au 27 janvier 2019
Concorde, Paris

Puisant dans les archives de l’Oakland Museum of California, « Dorothea Lange » est la première exposition à s’intéresser à l’extraordinaire pouvoir émotionnel des photographies de l’artiste et à présenter, sous l’angle du militantisme social et politique, le travail qu’elle a réalisé durant la Grande Dépression, la Seconde Guerre mondiale et dans l’Amérique de l’après-guerre.

Avec les écrits de John Steinbeck, les photographies de Dorothea Lange figurent parmi les grandes œuvres inspirées par des temps troublés : une image comme Mère migrante prend un caractère mythique en devenant le symbole de toute une époque. Quand, en 1929, survient la Grande Dépression, Lange tourne instinctivement son objectif vers les victimes de la crise et réalise des images qui retiennent l’attention notamment de Paul S. Taylor, économiste du travail à l’Université de Californie. Ensemble, ils forment rapidement un couple qui va documenter, pour le compte des agences gouvernementales du New Deal, le sort des travailleurs chassés par la catastrophe du Dust Bowl : une partie du Middle West, cœur agricole des États-Unis, a alors été ravagée par la sécheresse et par de terribles tempêtes de poussière.

Après la Grande Dépression, Dorothea Lange continue à pratiquer la photographie et à traiter les grands problèmes de son temps, et notamment l’incarcération des Américains japonais pendant la Seconde Guerre mondiale, les migrations en temps de guerre des familles afro-américaines et hispaniques vers la Californie, le système de justice pénale à travers le travail d’un avocat chargé de défendre les indigents [Public Defender], ou bien encore la destruction de l’environnement et l’urbanisation dans l’après-guerre.

Si les images iconiques de Dorothea Lange consacrées à la Grande Dépression sont connues, ses photographies de l’internement des Américains japonais n’ont été publiées qu’en 2006 et sont montrées en France, pour la première fois, à l’occasion de l’exposition au Jeu de Paume. Elles illustrent, à la perfection, combien Dorothea Lange s’est, tout au long de sa vie, servie de ses images intimes et fascinantes pour dénoncer et tenter de changer les esprits.

L’exposition du Jeu de Paume présente près de 130 photographies de façon thématique pour mieux montrer le lien entre la photographie de Lange et son engagement social. Enfin, une sélection de souvenirs personnels, de planches contacts inédites, de notes sur le terrain, d’objets historiques et de vidéos permettent de replacer son travail dans le contexte de cette époque difficile.
Elle aborde sous un angle unique une artiste américaine reconnue, qui ne cesse de gagner en puissance. Mettant en valeur les qualités artistiques et la force de conviction de l’artiste, elle permet de redécouvrir l’importance de l’œuvre de Dorothea Lange.



Commissaire : Drew Heath Johnson et Pia Viewing.

Exposition produite par l'Oakland Museum of California. La présentation européenne a été co-produite par le Jeu de Paume, Paris, et la Barbican Art Gallery, Londres.