L’Architecture photographiée. Dialogues entre architecture et image / 2
Conférence dans l’auditorium noir du CCC OD, Tours
le 15 mars 2018
18h30 - 20h00
Hors les murs

Ce cycle de conférences portera sur les relations riches et imaginatives entre l’architecture, la photographie et les arts visuels en s’appuyant sur les expositions « Klaus Rinke. Düsseldorf mon amour » au CCC OD et « Lucien Hervé. Géométrie de la lumière » au Jeu de Paume / Château de Tours.

Élodie Stroecken commissaire de l’exposition, présentera « Klaus Rinke. Düsseldorf mon amour ».
Inspirée par Hiroshima mon amour et basée sur le même principe d’oxymore, l'exposition interroge le visiteur : comment cette ville industrielle allemande peut-elle engendrer ce type d’effusion sentimentale et romantique ? Il résume pourtant le sentiment passionné de l’artiste Klaus Rinke face à cette ville qui lui aura offert tant d’opportunités.
Klaus Rinke nous sert de guide dans cette grande exposition collective qui met l’accent sur une génération d’artistes aux origines et trajectoires diverses qui, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, a eu à cœur de développer un art sans compromission, un discours engagé et révolutionnaire plaçant le concept de l’œuvre avant celui de l’objet d’art.
Fruit d’un travail de collaboration entre Klaus Rinke et le CCC OD à partir des archives personnelles de l’artiste, l’exposition réunit une trentaine d’artistes qui, quelles que soient leur pratique et la génération à laquelle ils appartiennent, partagent tous le fait d’avoir entretenu des liens singuliers avec Klaus Rinke. C’est un parcours personnel et subjectif à plusieurs niveaux de lecture, peuplé de souvenirs et d’œuvres majeures. Dans cet itinéraire, l’anecdotique et l’Histoire de l’art s’entrechoquent afin de retranscrire de la manière la plus vivante et directe, l’esprit de cette époque. Avec un sens aigu de la générosité, du partage et de la transmission, l’une des dernières figures importantes de ces années, Klaus Rinke, nous fait traverser plusieurs décennies, des années 1950 à aujourd’hui.

Düsseldorf racontée par Elger Esser, photographe.
Né à Stuttgart en 1967, le photographe Elger Esser vit aujourd’hui à Düsseldorf et est représenté à Paris par la galerie RX. Après avoir enseigné la photographie à l’École du design de Karlsruhe entre 2006 et 2009, il remporte en 2016 le Prix Oskar-Schlemmer.
D’abord élève de Bernd et Hilla Becher à la Kunstakademie de Düsseldorf, il se démarque pourtant de leur enseignement lorsqu’il découvre le paysage. Ces deux dernières décennies, Elger Esser a élaboré une œuvre photographique à contre-courant de la tendance générale : il reste fidèle aux techniques prénumériques et s’inspire à la fois des pictorialistes et des photographes paysagistes européens. Avec sa chambre photographique, il sillonne de nombreux pays, répertoriant des paysages intemporels. Ses photos, témoignages entre histoire et mémoire, sont inspirées par les écrits de Proust, Flaubert ou Maupassant.
Si l’artiste privilégie la vision de paysages vierges, il n’évacue pas pour autant radicalement de son travail la figure humaine ou sa trace architecturale dans l’environnement. Abordant la thématique de l’architecture par son absence apparente, cette conférence sera une manière d’aborder autrement la question de la composition de l’image photographique.
Le travail d’Elger Esser a été présenté au Domaine de Chaumont-sur-Loire (« Du Nil à la Loire », Chaumont-photo-sur-Loire, galeries hautes du château, 19 novembre 2018 – 28 février 2018).


Cycle de trois conférences dans l’auditorium noir du CCC OD.
Deuxième séance avec Élodie Stroecken, chargée d’expositions du CCC OD et commissaire de l’exposition « Klaus Rinke. Düsseldorf mon amour » et Elger Esser, photographe.

Une proposition conçue par le CCC OD et le Jeu de Paume / Château de Tours.
Tarif : 4 euros.


Centre de création contemporaine Olivier Debré
Jardin François 1er, Tours

Articles liés