Nous rêvions d’utopie et nous nous sommes réveillés en hurlant #6
Performance de Yasmina Reggad
le 15 octobre 2019
19h30 - 21h00
Jeu de Paume, Paris

Nous rêvions d’utopie et nous nous sommes réveillés en hurlant est une performance polyphonique et polyglotte qui évolue au rythme de la recherche. Son titre est inspiré du premier manifeste infraréaliste de Roberto Bolaño. S’inspirant du documentaire radio, cette performance a pour objet l’exploration de nouvelles modalités d’« exposition » ou de présentation et de mise en œuvre d’un matériau de recherche et d’archives.

Dans les années 1960 et 1970, dans le contexte des tensions bipolaires de la guerre froide, l’Algérie se trouve à l’épicentre des utopies émergeant des « périphéries ». S’inventait alors à Alger une « troisième voie » ouverte aux autres avenirs possibles alors qu’affluaient de tous les continents des représentants de mouvements de libération nationaux, des exilés politiques, des rebelles et autres militants occidentaux désabusés.

Se souvenant que la voix de la Révolution algérienne avait elle-même trouvé refuge sur les ondes radiophoniques du Caire, de Tunis, de Damas ou de Nador, le gouvernement algérien offrait en retour aux militants un temps d’antenne sur la radio nationale nouvellement créée (RTA - Radiodiffusion-télévision algérienne). Ces émissions de radio avaient pour mission de donner la parole aux luttes de libération en exil, de communiquer avec les mouvements de contestation dans les pays d’origine, ainsi que de mobiliser un soutien international.

Nous rêvions d’utopie et nous nous sommes réveillés en hurlant met en lumière certains tournants de l’histoire globale et laisse apparaître une cartographie de la mobilité d’acteurs politiques qui seraient autrement demeurés dans l’ombre. Ces « combattants de la liberté » ont contribué à l’élaboration de propositions avant-gardistes comme le « projet tiers-monde », le panarabisme, le panafricanisme, le nouvel ordre économique international ou encore le mouvement des non-alignés.

Comment les radios en exil nous informent-elles sur les activités politiques, les relations avec le pays d’accueil et les concepts de légitimité, de loyauté en dehors du cadre de l’État-nation, d’hospitalité, de pouvoir d’influence et de politique de la bienveillance ? Dans quelle mesure la radiodiffusion a-t-elle contribué à l’élaboration d’idées nouvelles, au changement politique et à la diffusion de l’information ? Comment a-t-elle façonné l’écriture de récits historiques contemporains, « transnationaux et non nationaux » ? Enfin, comment nous a-t-elle renseignés sur l’audience de ces émissions et sur la politique de solidarité façonnée par l’écoute mise en acte par ses auditeurs ?

Yasmina Reggad est commissaire indépendante, auteure, chercheuse, et parfois performeuse et chorégraphe. Elle travaille à Bruxelles et Alger. Diplômée d’un Master en Histoire médiévale de la Sorbonne, Yasmina Reggad est actuellement commissaire à aria (artist residency in algiers). Elle a auparavant travaillé comme commissaire invitée de Art Dubai Projects et Art Dubai International Commissions en 2016 et 2017, et exhibitions & projects manager à Delfina Foundation. Son travail recherche les concepts de “futurité” et explore les méthodologies performatives inspirées des formes de notations de la dance et performance. Yasmina Reggad est Fellow 2019 du Sundance Institute Theatre Programme.

Durée : 60 min environ, en anglais, arabe, arabe algérien, français, espagnol et portugais. Surtitré en français. Traduction simultanée en anglais performée par Adrian Lee.

Autrice, idée originale et recherches : Yasmina Reggad.

Avec les voix de : Yasmina Reggad, Frantz Fanon, Acerina/ María Espinosa, Salah Badis, Sam Nujoma, Guiniguada/ José Francisco Falero, Ana Filgueiras, Yasser Arafat, Manuel Alegre et bien d’autres. »

Remerciements au Centre national des arts plastiques, l’Arab Fund for Arts and Culture, le Sundance Institute Theatre Program Fellowship/Ucross Foundation et la famille Bouzers.

La performance We dreamt of utopia and we woke up screaming (2016-2019) a été précédemment donnée à L’Atelier de l’observatoire, Casablanca ; Bétonsalon ‒ Centre d’art et de recherche, Paris ; Haus der Kulturen der Welt, Berlin ; Le Space, Bruxelles ; Biennale Warszawa, Varsovie.

Tarifs : 5 euros / 3,5 euros
Infos tarifs ici
Accès sans réservation dans la limite des places disponibles
Renseignements : infoauditorium@jeudepaume.org

Articles liés