Rencontre autour de l’exposition « Daisuke Kosugi. Une fausse pesanteur »
Avec Laura Herman, Henry Andersen et Léopold Lambert
le 26 novembre 2019
19h00 - 21h00
Jeu de Paume, Paris

À l’occasion de l’exposition dédiée à Daisuke Kosugi, le Jeu de Paume est heureux d’accueillir le lancement du livre dirigés par Laura Herman et Henry Andersen The Floor is Uneven. Does it Slope?, suivi d’une conférence de l’architecte Lépold Lambert, également co-éditeur du magazine The Funambulist et de la projection de The Lost Dreams of Naoki Hayakawa (2016) de Daisuke Kosugi et Ane Hjort Guttu.

The Floor is Uneven. Does it Slope? prend comme point de départ les travaux et les écrits de Madeline Gins (1941-2014) et de son partenaire, le peintre Arakawa (1936-2010), qui ont créé la Fondation de recherche sur le corps architectural (qui deviendra plus tard la Fondation du destin réversible) - un bureau d’architectes poursuivant la conviction radicale que l’architecture fournirait à l’humanité les outils et la formation nécessaires pour vaincre la mort. Partant de cette « provocation », The Floor is Uneven. Does it Slope? vise à examiner différents exemples dans lesquels l'environnement bâti et le corps travaillent l'un sur l'autre. Le livre comprend à la fois un entretien avec Léopold Lambert et un texte de Daisuke Kosugi. Il offre l’occasion de découvrir des perspectives politiques et spatiales sur le capacitisme en architecture, un thème important de l’exposition de Kosugi auquel Lambert a consacré numéro (The Funambulist 19 « L'espace du capacitisme »).

L’événement se poursuit avec la projection du film The Lost Dreams of Naoki Hayakawa de Daisuke Kosugi et Ane Hjort Guttu, centré sur les souvenirs du directeur artistique japonais Naoki Hayakawa, qui sont présentés au moyen d’entretiens. Hayakawa travaillait souvent entre 12 et 16 heures par jour, y compris les week-ends. Cette immense pression de travail lui a permis de développer un état entre sommeil et éveil, lors duquel il a fait des rêves étranges et merveilleux. Ces rêves sont mis en scène tout au long du film, créant un état mêlant réalité et fantasme. Inspiré par le cinéma surréaliste et le cinéma expérimental des années 1960 et 1970, The Lost Dreams of Naoki Hayakawa est axé sur les conditions de travail post-fordistes.


La rencontre sera en anglais.
À l’auditorium du Jeu de Paume
Entrée libre dans la limite des places disponibles
Renseignements : infoauditorium@jeudepaume.org

Articles liés