Rencontre avec Antonio Casilli et RYBN
à la Gaîté lyrique
le 09 avril 2020
19h00 - 21h00
Hors les murs

Rencontre avec Antonio Casilli, sociologue spécialiste des réseaux sociaux et RYBN, collectif d’artistes à la Gaîté lyrique dans le cadre du cycle « L’image qui nous met au travail » et du programme « Étudier les cultures du numérique : le côté obscur du futur du travail ».

L’automatisation croissante de la production semblait la promesse de l’avènement d’une ère post-travail, mais le travail loin de disparaître est en train de coloniser tous les aspects de notre vie.

En 2003, le pionnier des systèmes experts Edward Feigenbaum qualifiait l’intelligence artificielle (IA) de « destinée manifeste » de nos sociétés. Ce slogan cache les défaillances d’une discipline qui n’arrive pas encore à s’attaquer à « la vraie majesté de l’intelligence générale ». Derrière les déclarations des scientifiques et le buzz des investisseurs, s’affirme toutefois une certaine vision du travail : le « digital labor ». Activité ultra-fragmentée, sous-payée et parfois même « gratuite », elle pointe un mouvement profond qui est en train de s’installer partout sur la planète, où des milliards de personnes réalisent quotidiennement ce « travail du doigt ». Derrière le providentialisme des scientifiques, on assiste à la plus grande entreprise de tous les temps de spoliation des ressources de la générosité, du temps, et des savoirs humains.

Antonio Casilli reviendra sur son dernier ouvrage En Attendant les robots. Enquête sur le travail du clic (Seuil, 2019) en compagnie du collectif RYBN qui présentera son projet de recherche Human Computers, une enquête sur les relations entre organisation du travail et informatique.

Antonio A. Casilli : sociologue, enseignant-chercheur à Télécom Paris et chercheur associé au LACI-IIAC de l’EHESS. Il a notamment publié En attendant le robots, enquête sur le travail du clic (Seuil, 2019), Les Liaisons numériques (Seuil, 2010) et, avec Dominique Cardon, Qu’est-ce que le digital labor ? (INA, 2015).

Le collectif RYBN mène un projet de recherche média-archéologique intitulé Human Computers, qui prend comme point de départ l’analyse du Turc mécanique, un automate joueur d’échecs créé par Von Kempelen à la fin du XVIIIe siècle, et le modèle de l’usine computationnelle de Gaspard de Prony, pour observer les liens entre l’économie, la division du travail et l’informatique.

Informations sur gaite-lyrique.net

Articles liés