WILLY RONIS : BIOGRAPHIE





Willy Ronis naît à Paris en 1910. Il se consacre à la photographie en 1932, lorsque par obligations familiales il entre à l’atelier photographique de son père. Quatre ans plus tard, à la mort de ce dernier, il décide d’être photographe, reporter et illustrateur indépendant et quitte l’atelier.

À partir de 1936, Willy Ronis privilégie le reportage. Avec la montée du Front populaire, il partage les mêmes idéaux que Robert Capa et David Seymour (Chim), photographes déjà célèbres. Il a également l'occasion de connaître Kertész, Brassaï et Cartier-Bresson. Mais, par rapport à la vision de ses pairs, il développe une véritable originalité, marquée par l'attention portée à "l'harmonie chorale des mouvements de foule et à la joie des fêtes populaires".

Après la Seconde Guerre mondiale, Willy Ronis entre à l'agence Rapho et soutenu par son ami Romeo Martinez, collabore à Regards, Time ou Life.

Il remporte le prix Kodak en 1947, puis la Médaille d’or à la Biennale de Venise en 1957. Belleville-Ménilmontant, Sur le fil du hasard (album pour lequel il reçoit le prix Nadar en 1981) et Mon Paris sont parmi les livres importants qu'il a publiés. On a alors pu dire qu’avec Robert Doisneau et Édouard Boubat, c’est "l'un des photographes majeurs de cette école française de l'après-guerre qui a su concilier avec talent les valeurs humanistes et les exigences esthétiques du réalisme poétique". Il participe dans les années 1950 au groupe des XV aux côtés de Robert Doisneau, de Pierre Jahan ou de René-Jacques pour défendre la photographie comme une véritable expression artistique.

Au cours des années 1970-1980, parallèlement à ses activités de photographe, Willy Ronis consacre beaucoup de temps à l'enseignement : à l'École d'art d'Avignon, puis aux facultés d'Aix-en-Provence et de Marseille. Il y crée un cours d’histoire de la photographie et rencontre alors Pierre-Jean Amar. En 1972, il s'installe à L'Isle-sur-la-Sorgue (Vaucluse).

Il remporte en 1979, le Grand prix national des Arts et des Lettres pour la Photographie et est Invité d’honneur de la 11e édition des Rencontres d’Arles en 1980. Il est nommé Chevalier de la Légion d’Honneur en 1989.

L’exposition "Willy Ronis à Paris" est présentée à l’Hôtel de Ville de Paris, en 2005, à l’occasion de son 95e anniversaire.
Aujourd’hui son œuvre est exposée dans le monde entier et ses images figurent dans les collections des plus grands musées.

Willy Ronis lègue son œuvre à l'État français en faisant, en 1983, une donation de ses archives à effet post mortem.


Chronologie

1910 Naissance à Paris.

1926 Premier appareil. Photos de vacances et première série de Paris.

1932 Entre dans l’atelier photographique de son père.

1936 Décès de son père. Décide d’être photographe reporter indépendant et quitte l’atelier. Premières parutions dans Regards ; reportage sur le Front populaire.

1937 Achète son premier Rolleiflex. Se lie d’amitié avec Capa et Chim.

1938 Reportages sur les conflits sociaux chez Citroën.

1941-1944 Divers emplois : directeur d’une troupe de théâtre ambulant en zone libre, aide-décorateur pour les studios de cinéma de la Victorine à Nice, assistant dans un studio de portrait à Toulon, etc. Retour à Paris en octobre 1944.

1945-1949 Grands reportages pour Point de Vue, L’Écran français et Regards.

1950 Travaille comme illustrateur pour Le Monde illustré. Parallèlement, travaux pour l’industrie. Membre du Groupe des XV. Entre à l’agence Rapho.

1950-1960 Nombreux reportages pour Vogue. Publie Photo-Reportage et chasse aux images (Montel, 1951) et Belleville-Ménilmontant (prologue et légendes de Pierre Mac Orlan, Arthaud, 1954). Exposition au MoMA de New York avec Brassaï, Doisneau et Izis (1953). Médaille d’or à la Biennale de Venise (1957).

1965 Participe à l’exposition "Six photographes et Paris" au musée des Arts décoratifs de Paris, avec Robert Doisneau, Daniel Frasnay, Jean Lattès, Janine Niépce et Roger Pic.

1972 Quitte Paris pour le Midi, s’installe d’abord à Gordes puis à L’Isle-sur-la-Sorgue (Vaucluse).

1979 Participe à la Mission photographique pour la direction du Patrimoine, à la demande du ministère de la Culture et de la Communication. Reçoit le Grand Prix national des Arts et des Lettres pour la photographie.

1980 Invité d’honneur aux XIe Rencontres internationales de la photographie d’Arles.

1981 Reçoit le Prix Nadar pour Sur le fil du hasard publié l’année précédente par Contrejour.

1982 Long métrage intitulé Un voyage de Rose, avec Willy Ronis, Guy Le Querrec, sous la direction de Patrick Barbéris.

1983 Publication de Willy Ronis dans la collection "I Grandi Fotografi" (Fabbri, Milan) et de la biographie de Bertrand Eveno (Belfond, collection "Les Grands Photographes"). Donation de ses archives à l’État à effet post-mortem.

1985 Publication de Mon Paris (Denoël). Rétrospective au Palais de Tokyo. Nommé Commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres.

1986 Expositions à New York, Moscou et Bologne.

1989 Troisième édition de Belleville-Ménilmontant (Arthaud). Nommé Chevalier de la Légion d’honneur. Vidéo de 26 minutes Willy Ronis ou les cadeaux du hasard, de Patrice Noia.

1991 Publication de Willy Ronis (Photo Poche n° 46, Centre national de la photographie, Paris).

1993 Nommé membre de la Royal Photographic Society (Grande-Bretagne).

1995 Plusieurs expositions à l’étranger dont une rétrospective à l’Oxford Museum of Modern Art.

1996 Grande rétrospective, avec plus de 240 photographies de Paris, au Pavillon des Arts.

2001-2004 Publications diverses : édition spéciale de Reporters sans frontières (prologue de Bertrand Poirot-Delpech), Derrière l’objectif, Photos et propos, textes et photographies de Willy Ronis (Hoëbeke), Willy Ronis, le Val et les bords de Marne (Terre Bleue), Willy Ronis, la Vie en passant (Prestel).

2005 "Willy Ronis à Paris", exposition à l’Hôtel de Ville de Paris en hommage au photographe à l’occasion de son 95e anniversaire.

2008 Publication de Nues (Terre Bleue) avec un texte de Philippe Sollers.

2009 Présentation par le Jeu de Paume d’une rétrospective d’environ 80 photos à l’église Sainte-Anne, en Arles.