Le Discours antillais
Édouard Glissant

Cet essai analyse, à partir du cas martiniquais, les forces à l'œuvre dans les cultures antillaises.
Système des plantations ; peuplement pyramidal : africains et hindous à la base, européens au sommet ; phénomène culturel de créolisation ; langues de compromis : dans les Antilles francophones, le créole ; syncrétisme des civilisations ; insularité.
Le Discours antillais porte la marque de ces traits de culture. Il s'efforce vers leur élucidation. Il débouche peut-être sur un langage nouveau. Il confronte en tout cas, dans sa partie créolophone, les dangers du passage de l'oral à l'écrit.
Ces dangers sont exacerbés dans un pays comme la Martinique, où les puissances de la politique d'assimilation sont à l'œuvre. Ce qui se joue là, c'est, dans le cadre moderne des "contacts de civilisation", éloignée à la fois des renoncements faciles et des replis stérilisants.
On débouche alors sur une Poétique de la relation mondiale dont, par delà les terrifiants avatars de l'histoire contemporaine, les Antilles porteraient en elles la promesse, une des promesses parmi d'autres.
Ce livre est donc de littérature et de politique : de sciences humaines.

Articles liés