Le Geste, la machine et le Smartphone / 2
Formes et conditions de travail dans l’actualité
le 15 mars 2016
19h00 - 21h00
Jeu de Paume, Paris

En parallèle à l’exposition « François Kollar. Un ouvrier du regard », le Jeu de Paume propose de revisiter les formes et les conditions du travail dans le monde contemporain à travers le film de Christian von Borries, IPHONECHINA.

En 1931 François Kollar réalise La France travaille, une collection de fascicules illustrés par ses photographies du monde du travail : industrie, agriculture et artisanat. Cette collection constitue une archive d’images des ouvrières et ouvriers de France ainsi que des lieux de travail pendant la première moitié des années 1930.
Pour rebondir sur cette thématique, cette séance, ainsi que celle du 15 mars, proposent une approche de l’univers du travail au XXI siècle. Les films sélectionnés mettent en exergue les gestes manuels, l’action des machines ainsi que la dématérialisation des formes du travail par l’avènement des outils numériques et le réseau internet.


IPHONECHINA
Mardi 15 mars à 19 heures
Séance en présence du réalisateur Christian von Borries

Cette seconde séance porte sur les modes et les conditions de travail et de production.
Dans son essai documentaire IPHONECHINA le cinéaste et musicien allemand Christian von Borries demande aux travailleurs de l’usine de production Apple en Chine : « Si Apple était un état, préfériez-vous vivre dans l’État Apple ou en Chine ? »
Derrière cette question qui peut sembler absurde, s’en cache une autre : si les états sont gérés comme des entreprises, les entreprises sont-elles aussi gérées comme les états ? Apple, la plus grande entreprise du monde, enregistre dix pour cent de son chiffre d’affaires dans le pays le plus peuplé du monde, lieu de fabrication de tous ses produits.
Pour la Chine, état communiste et capitaliste, ses formes de production sont sa manière particulière de devenir une société en harmonie.
Depuis les évènements de la place Tiananmen, un accord tacite semble avoir été signé par le peuple chinois : la renonciation à tout engagement politique sera récompensée par la promesse d’une prospérité privée. Ce point semble coïncider avec l’idée fondatrice de la société Apple, fondée sur la famille, le travail et le temps libre où les individus deviennent des possédants sans aucune responsabilité sociale. IPHONECHINA interroge l’instauration d’une société globale du consentement et du contrôle sous l’emprise des nouvelles entreprises.


Programmation : Marta Ponsa Salvador.

À l'auditorium du Jeu de Paume, projection de IPHONECHINA de Christian von Borries (Allemagne, 2014, 69’, vo st fr). Entrée : 3 euros ou accès libre sur présentation du billet d'entrée aux expositions, valable uniquement le jour même.

Articles liés